E-chicha & cigarette électronique dans la tourmente ?

Le 20 mai dernier est entrée en application la Directive sur les Produits du Tabac, votée en 2014 par la Commission Européenne. Son objectif est d’encadrer davantage les produits du marché du tabac, dans lesquels sont incluses cigarettes et chichas électroniques. L’une des mesures phares est l’harmonisation des paquets de cigarettes « neutres », qui sera effective fin 2016 (fabricants et buralistes ont jusque novembre pour écouler leur stock de paquets « classiques ») et qui concerne aussi la vente de tabac à chicha.

Mais que réserve la Directive des Produits du Tabac (DPT) au marché des e-cigarettes et e-chichas ? Les responsables du e-shop Nicovip.com nous aident à répondre à cette question.

Ce qui change avec la DPT

« C’est tout le marché de la vape qui va être bouleversé » indique un des gérants de la boutique en ligne de cigarettes électroniques Nicovip.com. Et pour cause, la DPT implique des changements majeurs sur ce marché alternatif au tabac, qui a aidé des centaines de personnes à arrêter de fumer, en imposant des normes sur les produits vendus.

A commencer par les e-liquides, qui produisent la vapeur d’une e-cigarette ou d’une chicha électronique : les flacons auront un volume maximum de 10ml, une ouverture équipée d’une sécurité enfant et le dosage en nicotine du liquide ne pourra dépasser les 20mg/ml.

Autre point important : les nouveaux modèles d’e-cigarettes devront être inviolables et garantis sans fuite, ce qui est très compliqué. Par ailleurs, la diffusion de nicotine devra être continue, ce qui pose aussi beaucoup de problèmes.

Une inquiétude pour le marché français

« Nous nous différencions par la vente de cigarettes électroniques pas chères destinées aux vapoteurs qui souhaitent franchir le pas, s’éloigner du tabac, sans trop dépenser. L’idée est de rendre la e-cig et la chicha électronique plus accessibles. Avec la DPT, cette accessibilité pourrait être moindre… » nous confie-t-on chez Nicovip.com. Des produits plus chers ? Possible, car la DPT va obliger les fabricants à déclarer un nouveau produit 6 mois avant sa commercialisation, augmentant les coûts de sa production. Sans parler du fait que c’est tout l’élan de l’innovation qui risque d’être freiné.

« Sans oublier qu’avec cette directive, le gouvernement pourra, à tout moment et de façon arbitraire, interdire la vente en ligne de cigarettes et chichas électroniques » concluait-on sur le sujet.

Il se pourrait donc bien que, d’ici quelques mois, le marché de ces alternatives au tabac, jugées moins nocives, soit méconnaissable.