La chicha dans le monde du football

Ces derniers mois, le narguilé a été source de polémiques dans le monde du football professionnel. A tel point que le président d’un club de Ligue 1 se serait même déclaré favorable à l’intégration dans les contrats d’une clause d’interdiction de fumer la chicha… Petit tour d’horizon des dernières polémiques en date.

Le narguilé n’échappe pas à la rigueur Allemande

En octobre 2016, deux joueurs Espoirs de l’équipe d’Allemagne appartenant au club de RB Leipzig (Idrissa Touré et Vitaly Janelt) ont ainsi été renvoyés de leur sélection et de leur académie après avoir provoqué un début d’incendie dans leur chambre d’hôtel, qui n’est pas sans rappeler les frasques de Mario Balotelli. Occasion de rappeler qu’en-dehors du fait que le tabac en général ne soit pas vraiment compatible avec la pratique du football au haut niveau, la chicha peut aussi être source de danger si cette dernière est mal (ou pas du tout) éteinte.

Chicha chez les Lions de l’Atlas

Autre situation très similaire peu de temps avant (mai 2016), cette fois-ci au Maroc. Fahd Moufi, défenseur à l’Olympique Lyonnais (actuellement en prêt à Sedan) et Hugo Boumous, milieu de terrain à Laval, ont eu la mauvaise idée de se filmer sur Snapchat, narguilé à la main. Ils n’ont pas échappé au même sort que les deux Allemands, ayant également été renvoyés d’un rassemblement de l’équipe nationale du Maroc à Marrakech. D’autres joueurs clés de l’équipe A avaient également fumé la chicha peu après une victoire contre le Togo en match amical. Hervé Renard, le technicien des Lions de l’Atlas est alors allé jusqu’à tenir une réunion pour indiquer sa désapprobation. Les joueurs en question n’avaient cependant pas été sanctionnés, certaines personnes évoquant alors un deux poids deux mesures.

La chicha en Ligue 1

Le football professionnel Français n’échappe bien entendu pas au narguilé. Les polémiques tournant autour du défenseur Parisien Serge Aurier (dont la consommation de narguilé avait été agrémentée d’une insulte adressée à Laurent Blanc) et le dorénavant ex-Bordelais André Poko (ayant posté un cliché Snapchat le montrant fumant la chicha avec un maillot… de l’OM) n’ont en effet pas manqué de faire parler. Si le premier est finalement bien resté au Paris Saint-Germain, il n’a bien entendu pas échappé à une sanction, ayant été mis à l’écart du groupe durant plusieurs matchs. André Poko a quant à lui rejoint le club Turc de Kardemir Karabükspor quelques mois après la polémique, sans doute poussé vers la sortie suite à cette affaire, les supporters des Girondins ayant notamment demandé son départ.

Début 2017, le milieu de terrain Parisien Adrien Rabiot avait également été au cœur d’une polémique liée à l’utilisation du narguilé. Les supporters ne peuvent qu’espérer qu’une consommation régulière ne pénalisera pas trop ses performances !

Le narguilé, un objet international

Bien d’autres pays ont été concernés par l’utilisation de la chicha dans le milieu du ballon rond. En Russie, les joueurs Aleksandr Kokorin et Pavel Mamaev auraient dépensé 25 000 euros en chicha et en bouteilles de champagne pour une soirée en discothèque qu’on imagine festive. Au Royaume-Uni, les noms de Raheem Sterling et de Stephen Ireland avaient également été cités pour des affaires liées à la chicha.

Si fumer la chicha dans un contexte sportif n’est sans doute pas la meilleure idée, ces dernières polémiques ont au moins le mérite de démontrer que le narguilé est bien un objet à envergure internationale, étant consommé dans des pays et des personnalités d’origines très différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *